Eckhart Tolle

Lecture

Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

6 Oct , 2015  

Présentation

Le Pouvoir du Moment Présent

Guide d’éveil spirituel ❁ Eckhart Tolle

 

Present

Lorsque j’étais plus jeune je n’aimais vraiment pas la lecture mais alors pas du tout, ce n’est que vers l’âge de 24/25 ans où j’ai commencé à découvrir cet univers, petit à petit. Mon premier coup de coeur a été pour un livre de Bernard Werber; Les Fourmis. Tout ce que je lisais me transportait dans un autre univers, je découvrais une nouvelle dimension à travers ma lecture. Quel bonheur pour mon imagination ! Cet auteur a réussi à m’accrocher et j’ai fini par lire tous ses livres. En dehors de ses bouquins je n’en ai pas lu beaucoup d’autres car je ne retrouvais jamais le même engouement chez les autres auteurs.

Lorsque j’ai eu ma phase d’éveil, il y a 2 ans, je me suis étonné de ma soif de lecture et de savoir. Sans pouvoir vraiment l’expliquer j’ai commencé à lire toutes sortes de livres, principalement sur la santé, la permaculture, l’écologie, l’alimentation et le bien-être puis je n’ai plus su m’arrêter jusqu’à maintenant où j’en suis à un livre par semaine minimum lorsque je gère bien mon temps. J’ai lu énormément de livres en très peu de temps et j’ai remarqué que ce qui me parlait le plus était tout ce qui touchait à la spiritualité et au développement personnel. Je découvre en même temps cette spiritualité naissante en moi et tout cet univers du coeur, je me redécouvre même si tout ça était déjà en moi depuis le début. En fait, toutes mes lectures me permettent de mieux me connaître, de mieux gérer mes émotions et réactions. En parallèle à mes lectures, la vie me fait vivre des expériences incroyables (et parfois douloureuses) pour mettre en pratique tout ce que j’apprends dans les livres, c’est magique ! Il y a la théorie, la compréhension puis directement la pratique dans la vie réelle.

En créant mon propre site web je voulais surtout partager avec vous mon expérience au Maroc, ma découverte de la permaculture et mes coups de coeur en général. Je n’ai pas encore eu le temps de vous présenter mes lectures en détail mais je pense qu’à présent c’est le bon moment pour commencer ce genre de partages. C’est un exercice difficile car c’est la première fois que je me lance dans ce type d’article mais j’ai envie de relever le challenge. Je vais surtout essayer de vous transmettre ce que j’ai ressenti, ce que j’ai retenu et citer les passages clés des ouvrages. Je ne veux pas vous en dire trop mais plutôt donner l’envie de découvrir le livre et ses enseignements par vous-même. Mon moteur principal est cette envie de partage car certain ouvrages m’ont profondément marqués et je pense que ça peut être la source du fameux « déclic » chez certaines personnes ou la continuation d’un nouveau chemin déjà emprunté. Ce que j’ai appris de la vie c’est qu’un livre n’arrive jamais par hasard entre nos mains, il y a toujours une raison derrière.

Je ne me rappelle plus exactement pourquoi j’ai acheté ce livre, je pense qu’il est venu naturellement vers moi, par contre je me rappelle très bien ce qui a provoqué le début de ma lecture. Décembre 2014, je suis à la ferme de Tagounite au Maroc et j’ai réussi à ramener avec moi une grosse caisse de livres. J’ai pris avec moi ceux qui me semblaient les plus importants et ceux qui me tenaient le plus à coeur. En cette fin d’année, il y a beaucoup de monde à la ferme. La famille et des wwoofeurs sont présents dont 2 filles exceptionnelles, Halima et Nadia venues de France. Un soir, nous sommes réunis dans ma chambre en petit comité et Halima me demande si elle peut regarder mes livres, j’accepte avec plaisir. Elle sourit devant certains, en commente d’autres, puis elle tombe sur « Le Pouvoir du Moment Présent ». C’est à ce moment qu’elle s’arrête et me dit « Celui là, tu dois vraiment le lire en premier ! », elle m’explique avec joie que ce livre est très puissant et qu’il donne toutes les clés pour comprendre l’être humain, pour comprendre nos réactions et la façon dont nous fonctionnons. Le deuxième livre qu’elle me conseillera de lire en priorité est « Les 4 accords Toltèques », je pense que je n’aurais pu avoir meilleure conseillère ce soir là car ils font vraiment parti des livres qui m’ont permis d’évoluer rapidement et de mieux comprendre les choses. Quelques jours plus tard, je commence donc ma lecture du pouvoir du moment présent, suivant ses conseils.

Autant dire les choses comme elles sont, ce n’est pas un livre facile à lire. Je l’ai commencé lorsque j’étais au tout début de mon travail sur moi-même donc je n’ai pas pu saisir directement tous les enseignements qu’il délivre mais c’est là aussi toute la force du livre, chaque relecture amène de nouvelles découvertes. C’est un livre qui peut donc nous accompagner très longtemps, on y retourne à différents moments de notre vie pour y apprendre chaque fois quelque chose de nouveau. J’ai mis plusieurs mois avant de le finir, c’était long, très long, mais j’ai vraiment pris le temps de le découvrir et j’y ai pris beaucoup de plaisir au final. En même temps que je réalisais le pouvoir de ce que je lisais, je vivais en parallèle des expériences exactement comme le livre le décrivait, c’était assez bizarre d’ailleurs. La plupart du temps je n’arrivais pas à surmonter mon mental et je me retrouvais malheureux, inconscient, triste, perdu. J’étais encore trop souvent en mode « auto-destruction » face à certaines situations que je refusais de surmonter ou que mon inconscient me faisait revivre en boucle. Je préférais cogiter mentalement pendant des heures plutôt que d’être heureux et de profiter de la vie. Je comprenais tout ce que je lisais mais je n’arrivais pas à l’appliquer dans ma propre vie ! C’est un sentiment vraiment désagréable. Je continuais de laisser mon mental gâcher ma vie, c’est lui qui me dirigeait en quelques sortes. C’est seulement maintenant, avec un peu de recul et mon évolution spirituelle que j’arrive tout doucement à mieux gérer mes émotions et que j’essaie du mieux que je peux d’apprécier ce que la vie me donne à chaque instant. Ce n’est pas toujours facile mais je pense que c’est un travail de toute une vie, je dois encore apprendre à être moins dur avec moi-même lorsque ce foutu mental décide de prendre les commandes de ma vie et qu’il me fait passer à côté de l’essentiel. Petit à petit, je repère tous ses schémas destructeurs et j’essaie de les modifier ou, encore mieux, de les enlever complètement de ma vie. C’est très dur à faire mais je sais que c’est ce qu’il faut faire pour être en paix avec moi-même et avec les autres. En résumé, il y a encore du boulot, mais je suis sur la bonne voie.

Moment présent

Pour vous expliquer en quelques mots mon fonctionnement actuel, j’en suis à un stade où je me découvre chaque jour un peu plus et je commence aussi à repérer mes zones d’ombres. Grâce à mes lectures je comprends beaucoup mieux comment l’humain fonctionne et comment notre mental à trop souvent le pouvoir de diriger nos vie. Depuis ce livre j’ai commencé à prendre des notes sur tout ce qui me paraissait important de garder une trace écrite. J’ai avec moi un cahier qui ne me quitte presque jamais. Je recopie dans ce cahier les passages les plus importants de certains livres, mes citations préférées mais aussi certaines réflexions, des choses que j’ai envie de faire et d’accomplir dans ma vie, sans oublier la liste des livres que je dois trouver (elle s’agrandit chaque fois un peu plus !). Au niveau de la lecture, lorsqu’un livre me plait vraiment beaucoup, comme celui-ci, je prend le temps de le lire une première fois tranquillement en mode découverte. Ensuite, je le relis une seconde fois plus attentivement et je marque au crayon les passages qui me parlent le plus. Lorsque j’ai fini cette deuxième lecture, je retape tous ces passages dans un document sur mon ordinateur puis je les recopie par écrit dans ce fameux cahier. Ça me permet de garder une trace écrite si jamais je perds un jour mon ordinateur et comme j’adore écrire, ça me procure beaucoup de plaisir. La dernière phase (si je compte le présenter sur mon site) est une troisième lecture, quelques jours avant d’écrire mon texte sur le site. Je pense que je vais agir de la même façon pour toutes mes prochaines présentations. Mon introduction est assez longue je l’avoue mais comme c’est ma toute première je préfère vous situer le contexte. J’ai pris l’habitude d’être sincère et authentique avec vous, de parler avec mon coeur donc je continue sur cette voie.

Be Here Now

The Power of NOW

« Vous êtes ici pour permettre à la mission de l’univers de se déployer. Voilà à quel point vous êtes important ! »

Comme je vous l’ai dit plus haut, je ne désire pas vous raconter tout le livre en entier mais plutôt partager avec vous quelques passages clés et vous expliquer comment j’ai ressenti et expérimenté tout ça. N’hésitez surtout pas à me faire part de vos avis dans les commentaires et de m’expliquer comment vous avez découvert cet ouvrage ainsi que ce qu’il a pu vous apporter dans votre vie.

Avant que le livre commence, plusieurs personnes réagissent sur le pouvoir de ce livre. Il y a un résumé écrit par Russel E. DiCarlo que je trouve très pertinent et qui résume assez bien l’ensemble du livre : « Le message d’Eckhart Tolle se résume à ceci : le problème de l’humanité est profondément enraciné dans le mental lui-même. Ou plutôt dans notre identification au mental. L’errance de notre conscience, notre tendance à choisir le chemin le plus aisé en étant moins qu’à moitié éveillé face au moment présent, crée un vide. Et le mental limité par le temps, destiné à être notre utile serviteur, compense en se proclamant lui-même le maître. A l’instar d’un papillon qui volette d’une fleur à l’autre, notre mental s’arrête sur nos expériences passées ou anticipe celles à venir en projetant ses propres productions visuelles. Il est rare que nous nous reposions dans la profondeur océanique de l’ici-maintenant. C’est pourtant ici, dans l’instant présent, que nous découvrons notre véritable moi, qui se trouve en quelque sorte derrière notre corps physique, nos émotions changeantes et notre mental bavard. »

Dans l’introduction, Eckhart Tolle nous raconte brièvement comment il en est arrivé à devenir un guide spirituel. Il nous parle de son expérience vécue vers l’âge de vingt neuf ans. Un réveil en pleine nuit, la révélation : « Je ne peux plus vivre avec moi-même », « Suis-je un ou deux ? ». Une prise de conscience forte et brutale, un phénomène inexplicable qui le libéra de son mental. « Tout ce qui restait, c’était ma véritable nature, l’éternel je suis, la conscience dans son état vierge avant l’identification à la forme ». Il passa presque deux ans dans un état de joie et de béatitude à contempler le monde et ce qui l’entoure, depuis ce moment la paix ne l’a plus quitté.

Le format du livre est sous forme de question/réponse, des questions qui lui on été posées lors de conférences, séances de méditations et rencontres. C’est un peu spécial au début mais on s’y fait vite et au final ça s’avère être un bon choix pour ce type de livre.

Les enseignements de cet ouvrage sont très puissants, Eckhart Tolle nous fait prendre conscience que chaque moment de la vie est un miracle, c’est un peu comme si il nous prenait par la main et nous montrait comment arriver à une paix intérieure. Ce que j’ai aimé dans ce livre c’est qu’il utilise des mots très compréhensibles et qu’il nous explique clairement les choses. Il n’y a aucun mot compliqué ou des raisonnements incompréhensibles. Il arrive à nous pousser à la réflexion et à la remise en question de nos propres schémas. Eckhart Tolle n’est ni un gourou ni un maître, il ne prône aucune religion particulière, il nous délivre simplement un message important, d’humain à humain. Un message universel qui pourra toucher chaque personne qui comprendra ce livre. Ses enseignements englobent le coeur et l’essence de toutes les traditions anciennes, ils ne contredisent ni le christianisme, ni le bouddhisme, ni l’islam ou d’autres religions. Il arrive à nous dévoiler, en termes simples, que la vérité est en nous. Notre éveil spirituel est accessible ici et maintenant ! Il nous fait comprendre qu’il est possible de vivre sans souffrance mais pour y arriver il faut comprendre que nous sommes les créateurs de notre propre souffrance. Notre mental nous plonge à chaque fois dans un état de souffrance, il est à l’origine de nos problèmes. Ce mental qui ne s’arrête jamais, ce flot continu de pensées, nos souvenirs du passé et nos inquiétudes du futur. Nous avons cru que notre mental était ce que nous sommes mais en fait nous sommes bien plus que ça.

Ce livre nous explique comment rétablir un lien avec notre être. C’est un bouquin vraiment pas comme les autres, des pauses régulières sont nécessaires pour bien assimiler et comprendre les messages. Il nous aide à trouver la voie, à trouver notre propre chemin. Il nous encourage à la méditation et à découvrir qui nous sommes vraiment. Je pense vraiment que ce livre a le pouvoir de changer nos vies à partir du moment où le terrain est propice au changement. Un des messages principaux est que le problème de l’humanité est profondément enraciné dans notre identification au mental. Notre mental à pris possession de nous, à nous de reprendre le contrôle de nos vies !

Beaucoup de paraboles sont décryptées dans ce livre (Jesus, Bouddha…). Il nous explique aussi à plusieurs reprises de ne pas essayer de vouloir comprendre à tout prix, de vouloir analyser ou décrypter toutes nos émotions. Il nous conseille d’être plus dans le ressenti, l’observation, le lâcher-prise.

Les dialogues du livre alternent continuellement entre deux niveaux:

1. Il attire notre attention sur ce qui est faux en nous
2. Il nous montre comment nous libérer du mental

Il nous rappelle ce que nous avons oublié.

Le monde dans les yeux

CHAPITRE UN  VOUS N’ÊTES PAS VOTRE MENTAL

« Pouvez-vous vous libérer du mental quand vous le voulez ? »

Cette question est assez dérangeante car il est très difficile de s’en libérer. Il faut savoir que les choses vraiment importantes comme la beauté, l’amour, la créativité, la joie et la paix trouvent leur source au delà du mental. Nous voyons et jugeons le présent avec les yeux du passé et nous avons une vision totalement déformée. Comment se libérer du mental ? L’astuce est d’écouter cette voix aussi souvent que possible et de prêter attention aux schémas de pensée répétitifs. Il faut « observer le penseur » objectivement, sans jugement. C’est à ce moment que l’on prend conscience qu’il y a la voix et qu’il y a quelqu’un qui l’écoute et qui l’observe. Une nouvelle dimension entre alors en jeu, nous atteignons la conscience pure. Une autre astuce est de porter toute notre attention sur le moment présent, c’est l’essence même de la méditation.

EGO = Faux moi créé par l’identification inconsciente au mental, une sorte de « moi fantôme ».

Comment une seule cellule humaine mesurant 1/2500 de centimètre de diamètre peut-elle contenir dans son ADN des informations qui rempliraient un millier de livres de six cents pages chacun ? Plus nous en apprenons au sujet du fonctionnement du corps, plus nous réalisons le caractère grandiose de l’intelligence qui est à l’oeuvre en lui et la petitesse de notre savoir. Lorsque le mental se remet en contact avec cette réalité, il devient le plus merveilleux des outils et sert alors une cause bien plus grande que lui.

Même lorsque le ciel est complètement couvert, le soleil ne disparaît pas. Il est encore là derrière les nuages.

Ne cherchez donc pas à vous libérer du désir ni à « atteindre » l’illumination. Apprenez à être présent. Soyez celui qui observe le mental. Au lieu de citer Bouddha, soyez Bouddha. Soyez « celui qui est éveillé ». C’est ce que le mot bouddha veut dire : éveillé.

Aigle

CHAPITRE DEUX ❁ SE SORTIR DE LA SOUFFRANCE PAR LA CONSCIENCE

Imaginez la Terre dépourvue de toute vie humaine et n’abritant que plantes et animaux. Y aurait-il encore un passé et un futur ? Parler du temps aurait-il encore un sens ? La question « Quelle heure est-il ? » ou « Quelle date sommes-nous ? » – s’il y avait quelqu’un pour la poser – serait vraiment insignifiante. Le chêne ou l’aigle resteraient perplexes devant une telle question. « Quelle heure ? » demanderaient-ils. « Euh, bien entendu, il est… maintenant. Nous sommes maintenant. Existe-t-il autre chose ? »

Quoi que vous réserve le présent, acceptez-le comme si vous l’aviez choisi. Allez toujours dans le même sens que lui, et non à contresens. Faites-vous-en un ami et un allié, et non un ennemi. Cela transformera miraculeusement toute votre vie.

Pour fonctionner en ce monde, nous avons besoin du mental ainsi que du temps. Mais vient un moment où ils prennent le contrôle de notre vie, et c’est alors que s’installent le dysfonctionnement, la souffrance et le chagrin.

« On peut tout dévoiler en l’exposant à la lumière, et tout ce qui est ainsi exposé devient lui-même lumière. » Saint Paul

Eckhart Tolle nous explique que chaque souffrance émotionnelle laisse derrière elle un résidu qui fusionnera avec la douleur du passé qui était déjà présente. Il va se loger dans notre mental et notre corps. Toute cette souffrance accumulée (également durant l’enfance) est un champ d’énergie négative qui nous habite. Il l’appelle notre corps de souffrance émotionnel. Suivant les individus il occupera une place plus ou moins importante, il peut même contrôler complètement notre vie. Un simple détail peut l’activer en nous. C’est ainsi que les maladies et accidents sont souvent générés. Il peut se manifester sous différentes formes (colère, impatience, besoin de mélodrame dans nos relations…), à nous de le repérer rapidement pour le stopper. Si l’on ne fait rien il est capable de s’emparer de nous, il peut devenir nous et vivre par nous. Lorsqu’il nous contrôle, il créé des situations qui reflètent sa propre fréquence énergétique afin de se nourrir. Et nous en redemandons ! Nous devenons soit la victime, soit le bourreau. Ce corps de souffrance ne désire pas qu’on puisse le reconnaître, il ne veut pas qu’on le voit tel qu’il est. Seul notre présence peut le détruire, il faut devenir témoin de cette entité et elle disparaîtra. Elle s’efface lorsqu’on la reconnait.

Le secret de la vie, c’est de « mourir avant de mourir » et de découvrir que la mort n’existe pas.

The power of now

CHAPITRE TROIS ❁ PLONGER DANS LE MOMENT PRESENT

Plus vous êtes axé sur le temps, c’est-à-dire le passé et le futur, plus vous ratez le présent, la chose la plus précieuse qui soit. Et pourquoi l’est-elle ? Parce qu’elle est l’unique chose qui soit. Parce que c’est tout ce qui existe. L’éternel présent est le creuset au sein duquel toute votre vie se déroule, le seul facteur constant. La vie, c’est maintenant. Il n’y a jamais eu un moment où votre vie ne se déroulait pas « maintenant » et il n’y en aura d’ailleurs jamais. Par ailleurs, l’instant présent est l’unique point de référence qui puisse vous transporter au-delà des frontières limitées du mental. Il est votre seul point d’accès au royaume intemporel et sans forme de l’Être.

Rien ne s’est jamais produit dans le passé : cela s’est produit dans le présent.
Rien ne se produira jamais dans le futur : cela s’est produit dans le présent.
Ce que vous considérez comme le passé est le souvenir d’un ancien moment présent mis en mémoire dans l’esprit. Lorsque vous vous souvenez du passé, vous ravivez une mémoire. C’est ce que vous faites maintenant. Le futur est un présent imaginé, une projection du mental. Quand le futur arrive, c’est sous la forme du présent. Lorsque vous pensez au futur, vous le faites dans le présent. De toute évidence, le passé et le futur ne constituent pas des réalités en soi. A l’instar de la lune qui n’émet pas sa propre lumière mais peut seulement refléter la lumière du soleil, le passé et le futur ne sont que de pâles reflets de la lumière, du pouvoir et de la réalité qu’est l’éternel présent. Leur réalité est empruntée au présent.

Le présent figure également au coeur de l’enseignement soufi, cette branche mystique de l’islam. Les soufis ont un dicton : « Le soufi est le fils du temps présent. » Et Rumi, le grand poète et enseignant soufi, déclare : « Le passé et l’avenir soustraient Dieu de notre vue. Brûlons-les tous deux au bûcher. » Eckhart, le grand enseignant spirituel du XIIIe siècle, a résumé tout cela de façon magnifique : « le temps est ce qui empêche la lumière de nous atteindre. Il n’existe pas de plus grand obstacle à trouver Dieu que le temps. »

Chaque fois que vous pouvez observer votre mental, vous n’êtes plus pris à son piège. Un autre facteur est entré en jeu, quelque chose qui n’appartient pas au mental, la présence en tant que témoin. Soyez présent en tant qu’observateur de votre mental, c’est-à-dire de vos pensées, de vos émotions et de vos réactions dans diverses situations. Accordez au moins autant d’attention à vos réactions qu’à la situation ou à la personne qui vous fait réagir. Remarquez aussi la répétitivité avec laquelle votre attention se fixe sur le passé ou l’avenir. Ne jugez pas et n’analysez pas ce que vous observez. Regardez la pensée, sentez l’émotion, surveillez la réaction. N’en faites pas une problématique. Vous sentirez alors que quelque chose de plus puissant que n’importe lequel de vos sujets d’observation : la présence calme qui observe de derrière le contenu du mental, le témoin silencieux.

Le pouvoir du moment présent

CHAPITRE QUATRE ❁ LES STRATEGIES DU MENTAL POUR EVITER LE MOMENT PRESENT

La pollution de la planète n’est qu’un reflet extérieur d’une pollution psychique intérieure, celle de millions d’individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure.

Comment est-il possible que les humains aient tué plus de cent millions de leurs semblables au XXe siècle seulement ? Le fait que des humains se soient infligé mutuellement une souffrance d’une telle ampleur dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Et c’est sans tenir compte de la violence mentale, émotionnelle et physique, de la torture, de la douleur et de la cruauté qu’ils continuent chaque jour de faire subir à leurs pairs et à d’autres êtres vivants. Agissent-ils ainsi parce qu’ils sont en contact avec leur état naturel de bien-être ou leur joie de vivre ? Bien sûr que non. Seuls des gens qui se trouvent dans un profond état négatif, qui se sentent vraiment très mal, peuvent créer une telle réalité et ainsi refléter leur état intérieur. Ils sont maintenant affairés à détruire la nature et la planète qui les sustentent. Incroyable mais vrai. Les humains constituent une espèce dangereusement désaxée et très malade. Ceci n’est pas un jugement mais un fait. Autre fait : l’équilibre mental se trouve vraiment là, derrière la folie. La guérison et la rédemption sont à notre disposition à tout instant.

Perdre le moment présent c’est perdre l’être.

Univers

CHAPITRE CINQ ❁ LA PRESENCE EN TANT QU’ETAT

Tout ce qui existe a un Être en soi, une essence divine, un certain degré de conscience. Même une pierre a une conscience rudimentaire, sinon elle n’existerait pas et ses atomes et ses molécules se disperseraient. Tout est vivant. Le soleil, la Terre, les plantes, les animaux, les humains sont tous des expressions de la conscience à divers degrés, de la conscience qui se manifeste sous une forme. Le monde se met à exister quand la conscience adopte certaines formes et certains contours, des formes-pensées et des formes matérielles. Il n’y a qu’à voir les millions de formes de vie qui existent ne serait-ce que sur cette planète. Dans la mer, sur terre, dans l’air. Et chaque forme de vie est reproduite à des millions d’exemplaires. Dans quel but ? Y a-t-il quelqu’un ou quelque chose qui s’amuse à créer des formes ? C’est ce que les anciens prophètes des Indes se demandaient. Selon eux, le monde était un jeu, lila, une sorte de jeu divin joué par Dieu. Et dans ce jeu, les diverses formes de vie ne sont de toute évidence pas très importantes. Dans la mer, la plupart des formes de vie ne survivent pas plus que quelques minutes après leur naissance. Les formes humaines ne prennent pas trop de temps non plus à redevenir poussière, et quand elles ont disparu, c’est comme si elles n’avaient jamais existé. Est-ce tragique, cruel ? Cela l’est seulement si vous attribuez une identité distincte à chaque forme, si vous oubliez que sa conscience est l’expression de l’essence divine par la forme. Mais vous ne saurez appréhender ceci qu’une fois que vous réaliserez être vous-même essence divine en tant que pure conscience.

Corps subtil

CHAPITRE SIX ❁ LE CORPS SUBTIL

Dans un organisme parfaitement fonctionnel, une émotion dure très peu de temps. Elle ressemble à une ondulation ou à une vague qui déferle momentanément à la surface de votre Être. Par contre, quand vous n’êtes pas ancré dans le corps, une émotion peut rester en vous des jours ou des semaines, ou encore se rallier aux autres émotions ayant une fréquence semblable. Avec le temps, ces émotions se sont agglutinées et forment le corps de souffrance, un parasite qui peut vivre à l’intérieur de vous pendant des années, se nourrir de votre énergie, entraîner la maladie physique et rendre votre vie lamentable.

Je ne peux rien vous apprendre que vous ne sachiez déjà profondément en vous. Lorsque vous avez atteint un certain degré de contact avec vous-même, vous reconnaissez la vérité quand vous l’entendez. Si, par contre, ce n’est pas le cas, l’exercice de conscience par le corps amènera l’approfondissement nécessaire.

Lorsque vous « habitez » votre corps, vous avez l’avantage additionnel de voir votre système immunitaire grandement renforcé. Plus vous amenez de conscience dans le corps, plus le système immunitaire se renforce. Comme si chacune de vos cellules s’éveillait et se réjouissait. Le corps adore l’attention que vous lui accordez. C’est là une très puissante forme d’autoguérison. La plupart des maladies s’immiscent en vous quand vous n’êtes pas dans votre corps. Si le maître est absent de la maison, toutes sortes de personnages louches viendront y squatter. Si vous habitez votre corps, les invités indésirables auront de la difficulté à y entrer. Et ce n’est pas seulement votre système immunitaire corporel qui se trouve renforcé : le système immunitaire psychique l’est également beaucoup. Ce dernier vous protège des champs magnétiques négatifs des autres (sur les plans mental et émotionnel) qui sont très contagieux. Quand vous habitez bien votre corps, c’est l’élévation de la fréquence vibratoire de tout votre champ énergétique qui vous protège et non pas l’érection d’un bouclier. Ainsi, tout ce qui vibre à une fréquence inférieure, qu’il s’agisse de la peur, de la colère, de la dépression, etc., existe dorénavant dans ce qui est virtuellement un autre ordre de réalité. Tout cela n’entre plus dans votre champ de conscience ou, si cela y entre, vous n’avez plus besoin d’y résister, car cela passe à travers vous.

Le pouvoir du moment présent

CHAPITRE SEPT ❁ DIVERSES PORTES D’ACCES AU NON-MANIFESTE

Le non-manifeste n’est pas dissocié du manifeste et il est omniprésent en ce monde. Mais il est si bien déguisé que presque tout le monde passe complètement à côté. Si vous savez où regarder, vous le trouverez partout. Une porte d’accès au non-manifeste peut s’ouvrir en vous à chaque instant. Entendez-vous ce chien aboyer au loin ? Ou cette voiture qui passe ? Ecoutez attentivement. Pouvez-vous y sentir la présence du non-manifeste ? Cherchez-le dans le silence d’où émergent et retournent les sons. Prêtez davantage attention au silence qu’aux sons. Quand vous prêtez attention au silence extérieur, le silence intérieur apparaît, le mental s’immobilise et une porte s’ouvre.
Tous les sons naissent du silence, retournent y mourir et y évoluent pendant leur durée de vie. Seul le silence permet au son d’exister. Il fait intrinsèquement partie de chaque son, de chaque note de musique, de chaque chanson, de chaque mot, et ce, de façon non-manifeste. Dans ce monde, le non-manifeste est présent sous la forme de silence. C’est pour cette raison que l’on dit depuis toujours que rien dans ce monde ne ressemble plus à Dieu que le silence. Tout ce que vous avez à faire, c’est y prêter attention. Même au cours d’une conversation, prenez conscience des intervalles entre les mots, des brefs instants silencieux entre les phrases. Quand vous faites cela, la dimension de l’immobilité prend de l’ampleur en vous. Vous ne pouvez prêter attention au silence extérieur sans simultanément trouver le calme à l’intérieur. Silence à l’extérieur, tranquillité à l’intérieur. Vous avez alors pénétré le non-manifeste.

Le pouvoir du moment présent

CHAPITRE HUIT ❁ LES RELATIONS ECLAIREES

L’amour est un état. L’amour n’est pas à l’extérieur, mais au plus profond de vous. Il est en vous et indissociable de vous à tout jamais. Il ne dépend pas de quelqu’un d’autre, d’une forme extérieure. L’immobilité de la présence intérieure vous permet de sentir votre propre réalité intemporelle et sans forme, c’est-à-dire la vie non manifeste qui anime votre forme matérielle. Elle vous permet aussi de sentir cette même vie au plus profond de chaque autre être humain et de toute autre créature. Vous voyez dorénavant au-delà du voile de la forme et de la division. Ceci est la réalisation de l’unicité. Ceci est l’amour. Qu’est-ce que Dieu ? C’est la vie éternelle et omniprésente qu’abritent toutes les formes de vie. Qu’est-ce que l’amour ? C’est sentir la présence de cette vie au plus profond de vous et de toutes les autres créatures. C’est être cette présence. Par conséquent, tout amour est amour divin.

L’humanité subit actuellement une grande pression pour évoluer, car c’est sa seule chance de survie en tant qu’espèce. Ceci concerne tous les aspects de votre vie, en particulier les relations intimes. Jamais auparavant les relations n’ont été aussi problématiques et conflictuelles qu’elles le sont actuellement. Comme vous avez peut-être pu le remarquer, elles ne sont pas là pour vous rendre heureux ni pour vous combler. Si vous continuez à utiliser les relations pour trouver le salut, vous serez constamment déçu. Par contre, si vous acceptez qu’elles existent pour vous rendre conscient et non pas heureux, elles vous amèneront effectivement le salut et vous serez alors en harmonie avec la conscience supérieure désireuse de voir le jour dans ce monde. Pour ceux qui s’accrochent aux vieux scénarios, il y aura une intensification de la souffrance, de la violence, de la confusion et de la folie.

Si vous ne réussissez pas à vous sentir bien avec vous-même quand vous êtes seul, vous chercherez à établir une relation avec une autre personne pour masquer le malaise. Mais vous pouvez être sûr que le malaise refera surface sous une forme ou une autre dans la relation et que vous en rendrez probablement votre partenaire responsable. Tout ce dont vous avez vraiment besoin, c’est d’accepter totalement l’instant présent. Vous êtes alors bien dans l’ici-maintenant et avec vous-même.
Mais avez-vous absolument besoin d’être en relation avec vous-même ? Pourquoi ne pouvez-vous être simplement vous-même ? Quand vous êtes en relation avec vous-même, vous êtes divisé : d’un côté, il y a le « je » et de l’autre, le « moi-même », soit le sujet et l’objet. Cette dualité créée de toute pièces par le mental est la cause de toute complexité superflue, de tous les problèmes et conflits qui surgissent dans votre vie. Quand vous êtes réalisé, vous êtes vous-même. Autrement dit, le « vous » et le « vous-même » ne font plus qu’un. Vous ne vous jugez pas, vous ne vous prenez pas en pitié, vous n’êtes pas fier de vous, vous ne vous aimez pas, vous ne vous détestez pas, etc. La division causée par la conscience qui revient sur elle-même est résorbée, et sa malédiction, éliminée. Il n’ a plus de « moi » à protéger, à défendre ou à sustenter. Quand vous êtes réalisé, vous n’entretenez plus cette relation avec vous-même. Une fois que vous y avez renoncé, toute les autres relations deviennent des relations d’amour.

« Accepte tout ce qui vient à toi et qui est tissé dans la trame de ta destinée, car quoi d’autre pourrait convenir le mieux à tes besoins ? » Marc Aurèle

Smile

CHAPITRE NEUF ❁ AU-DELA DU BONHEUR ET DU TOURMENT: LA PAIX

La plupart des choses dites mauvaises qui arrivent dans la vie des gens sont le résultat de l’inconscience. Elles sont créées par les gens, ou plutôt par leur ego. Je fais parfois référence à cela en employant le terme « mélodrame ». Quand vous êtes totalement conscient, le « mélodrame » disparaît de votre vie. Laissez-moi rapidement vous rappeler comment l’ego fonctionne et comment il crée ce « mélodrame ». L’ego, c’est l’aspect du mental qui mène votre vie quand vous n’êtes pas la présence consciente, l’observateur, le témoin. Il se perçoit comme un fragment isolé dans un univers hostile n’ayant aucun véritable lien intime avec aucun autre être et étant entouré d’autres ego qu’il considère comme une menace potentielle ou qu’il tentera d’utiliser à ses propres fins. Les structures fondamentales de l’ego lui servent à lutter contre sa propre peur, profondément ancrée, et son sentiment de manque. Ces fondements sont la résistance, le contrôle, le pouvoir, la cupidité, la défensive, l’hostilité. Certaines des stratégies de l’ego sont extrêmement rusées. Malgré cela, elles ne résolvent jamais vraiment aucun de ses problèmes pour la simple raison que l’ego est lui-même le problème.
Quand deux ou plusieurs ego se retrouvent ensemble, que ce soit dans le cadre d’une relation intime, dans des organismes ou des institutions, des choses que l’on pourrait qualifier de « mal » se produisent tôt ou tard : le mélodrame se manifeste sous la forme de conflits, de problèmes, de rapports de force, de violence émotionnelle ou physique, etc. Ceci comprend également le mal collectif comme la guerre, le génocide et l’exploitation, qui sont tous le résultat d’une inconscience de masse. Par ailleurs, de nombreuses sortes de maladie sont le produit de la perpétuelle résistance de l’ego, qui occasionne des restrictions et des blocages du flot de l’énergie dans le corps. Lorsque vous vous remettez en contact avec l’Être et que vous n’êtes plus contrôlé par votre mental, vous arrêtez de créer ces choses. Vous ne créez plus de mélodrame et n’y prenez plus part non plus.
Donc, quand deux ou plusieurs ego se rassemblent, il en résulte toujours une sorte de mélodrame. Mais même si vous vivez dans la plus grande solitude, le mélodrame est encore là. Lorsque vous vous prenez en pitié, par exemple, c’est du mélodrame.
Quand vous vous sentez coupable ou anxieux, cela fait aussi partie de votre mélodrame. Si vous laissez le passé ou le futur venir masquer le présent, vous créez le temps psychologique, cette chose qui donne naissance au mélodrame. A tout moment, lorsque vous ne faites pas honneur à l’instant présent en le laissant être, c’est que vous êtes en plein mélodrame. La plupart des gens adorent leur mélodrame personnel, car leur histoire constitue leur identité. Leur ego mène leur vie. Leur identité toute entière y est investie. Même la quête qu’ils mènent – en général infructueuse – pour trouver une réponse, une solution ou la guérison émane de l’ego. Ce qu’ils craignent le plus et ce à quoi ils résistent le plus, c’est la fin de leur mélodrame personnel. Aussi longtemps qu’ils sont leur mental, ce qu’ils redoutent et ce à quoi ils résistent le plus, c’est leur propre éveil.
Lorsque vous vivez en acceptant totalement ce qui est, vous signez l’arrêt de mort du mélodrame dans votre vie. Plus personne ne peut se disputer avec vous, même en se donnant le plus de peine possible. Il est impossible de se disputer avec une personne qui est dans la conscience totale. Car une dispute implique qu’il y a identification au mental et à ses positions, ainsi que de la résistance et des réactions aux positions de l’autre. Ce qui a pour effet d’énergiser les polarités contraires, c’est le mécanisme de l’inconscience. Quand vous acceptez totalement ce qui est, vous pouvez quand même exprimer le fond de votre pensée clairement et fermement, mais il n’y aura derrière celle-ci aucune charge réactive, pas d’attitude défensive ou hostile. Ainsi l’échange ne se transformera pas en mélodrame.

Le savoir le plus essentiel n’est pas encore accessible à la vaste majorité.

Le pouvoir du moment présent

CHAPITRE DIX ❁ LA SIGNIFICATION DU LACHER-PRISE

Lâcher prise, c’est accepter le moment présent inconditionnellement et sans réserve. C’est renoncer à la résistance intérieure qui s’oppose à ce qui est. Résister intérieurement, c’est dire non à ce qui est, par le jugement de l’esprit et la négativité émotionnelle. Cette résistance s’accentue particulièrement quand les choses vont mal, montrant par là qu’il y a un décalage entre les exigences ou les attentes rigides du mental et ce qui est. Ce décalage est celui de la souffrance. Si vous avez vécu suffisamment longtemps, vous saurez que les choses « vont mal » relativement souvent. Et c’est précisément dans ces moments-là qu’il vous faut mettre en pratique le lâcher-prise si vous voulez éliminer la souffrance et le chagrin de votre vie. Quand vous acceptez ce qui est, vous êtes instantanément libéré de l’identification au mental et vous reprenez par conséquent contact avec l’Être. La résistance, c’est le mental.

En vous existe quelque chose qui n’est pas affecté par les circonstances changeantes de votre vie et vous ne pouvez y avoir accès que par le lâcher-prise. Ce quelque chose, c’est votre vie, votre Être même, qui se trouve éternellement dans le royaume intemporel du présent. Découvrir cette vie-là « est la seule chose nécessaire » dont Jésus parlait.

A mesure que davantage d’êtres humains connaîtront l’éveil, le mot travail disparaîtra de notre vocabulaire et un nouveau terme sera peut-être créé pour le remplacer.

L’ego croit que votre force se trouve dans la résistance, alors qu’en vérité la résistance vous coupe de l’Être, le seul véritable pouvoir. La résistance, c’est de la faiblesse et de la peur qui se font passer pour de la force. Ce que l’ego voit comme de la faiblesse dans votre Être, ce sont sa pureté, son innocence et sa force. Et ce qu’il juge comme de la force est de fait une faiblesse. L’ego existe donc sur un perpétuel mode de résistance et joue de faux rôles pour masquer votre prétendue « faiblesse », qui est en vérité votre force.

Pour terminer cette première présentation, je dirais que « Le pouvoir du moment présent » a été une bénédiction dans ma vie. Il est arrivé parfaitement au bon moment et je sais déjà à l’avance que je le relirais encore plusieurs fois, je sais que je dois encore apprendre beaucoup de choses. Nous avons été conditionnés depuis l’enfance pour nous fondre dans la masse et obéir aux ordres. On nous a forcé en quelque sorte à ne pas être nous-même. Lorsqu’on réalise tout ça et qu’on découvre le pouvoir qui est en nous, une nouvelle vie peut alors commencer. Une vie le plus proche possible de notre être, connecté à la nature, aux autres humains, à la vie. J’aimerais vraiment que chaque être humain puisse réaliser qui il est vraiment et le pouvoir qu’il a en lui. Dieu merci, c’est par ce genre d’ouvrage que les choses bougent, de plus en plus d’humains s’éveillent aux quatre coins de la Terre, un nouveau paradigme prend forme. Tout ça me conforte dans mon nouveau choix de vie, je sais que malgré les apparences je ne suis pas seul à vivre tout ça et que je ne suis pas seul à ne plus me reconnaître dans le monde actuel et dans notre société. C’est à nous de créer notre propre vie, notre propre monde, une Terre où chaque être vivant sera respecté, une Terre où la terre sera sacrée et source de vie. Une Terre où on sera en paix avec nous même et avec les autres.

P E A C E . Stephane

Un grand merci à Isabelle pour la correction de cet article.

Pour commander le livre (lien affilié) : Le pouvoir du moment présent

 

Pour découvrir les autres livres que je partage avec vous, rendez-vous sur la rubrique Mes Lectures

, , , , , , , ,



3 Response

  1. sev D dit :

    Mes impressions en lisant votre article et puis diverses choses sur votre site…. Whaouuu…. Je suis touchée par la sincérité du partage qui émane de votre coeur ! Vos mots résonnent en moi comme une impression de vécu. De plus vous écrivez d’une belle plume facile à lire et même la longueur de l’article se fait sans contrainte… Bien qu’étant au chapitre 2 de ce même livre, je vous avoue avoir « sauté » volontairement les descriptifs de chapitres suivants… Mais je ne manquerais pas de revenir ici lorsque j’en aurais terminé avec celui-ci, en tout cas pour la première lecture !
    Un grand merci pour votre partage et bonne continuation sur votre chemin ! Vous lire ce soir n’était décidemment pas un hasard !

  2. Alain dit :

    Intéressant! Voilà un livre qui semble puissant :). Merci pour ton partage.

  3. Arnoux dit :

    Merci pour les résumés, j’utilise ce livre comme une bible, j’en suis à la troisième lecture, et chaque fois, je comprends un peu plus, tous les matins, avant de me lever, je lis quelques lignes et je m’en imprègne pour la journée, et cela m’a beaucoup aidé, que dire, chaque moment pour moi est une respiration et je suis heureuse de vivre, j’enregistre votre travail pour m’en délecter demain tranquillement, bonne soirée et que du bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-Je ?

Qui suis-je ?

Voyages conscients et reconnexion à soi-même

Maroc en conscience

Suivez mes explorations sur YouTube

Suivez mes explorations sur YouTube

Une photo chaque jour sur mon profil Instagram

Une photo chaque jour sur mon profil Instagram

Mes lectures

Mes lectures

Contact

Journal d'un explorateur spirituel

Changeurs de Monde

Changeurs de Monde